C'est comment ... un âne ???

18/11/2008

Le petit âne sait marcher dès sa naissance.  Il a grandit 12 à 13 mois dans le ventre de sa mère. Lorsqu’il naît, l’ânon est recouvert d’un poil laineux, appelé bourre, qu’il perdra en grandissant. Doté d’un grand appétit, il boit de 3 à 6 litres de lait par jour. Tout petit, il mâchouille déjà des brins d’herbe. Mais il doit attendre 6 mois avant de manger comme un grand.

 

L’ânesse peut être mère à partir de 4 ans. A la venue au monde de l’ânon, elle lèche son nouveau-né. Le sent avec son museau et le caresse de sa tête. Attentive, elle le protège de tous les dangers jusqu’au sevrage, moment où son petit n’a plus besoin de son lait pour se nourrir.  Mais toute sa vie, elle va le reconnaître grâce à son odeur.

 

A la saison des amours, l’âne devient un  étalon. Pour attirer l’ânesse, il retrousse ses lèvres et se met à braire de toutes ses forces. S’il y a plusieurs mâles dans un pré, chacun marque son territoire en déposant des petits tas de crottin. L’âne peut être père à 18 mois, mais l’âge idéal est de 3 ans.

 

L’âne a le regard couleur charbon ou noisette. Il a une bonne vue. Grâce à la forme allongée de sa tête et à l’emplacement de ses yeux, il possède un large champ de vision. Mais il ne voit pas très  bien de près, ce qui lui donne un air rêveur.

 

La queue est plantée bien haut. Elle est plus ou moins longue selon l’animal. Garnie de crins à son extrémité, c’est un outil pour chasser les mouches qui aiment se poser sur les yeux, les oreilles ou le museau de l’âne.

 

Pavillons droits et dirigés vers l’avant, l’âne écoute de toutes ses grandes oreilles le moindre bruit. Quand il broute, il peut même entendre les vibrations du sol, le pas d’une vache ou la course d’un lapin. S’il a peur, il couche les oreilles.

 

Au fil du temps, la robe de l’âne a pris des couleurs : sable dans le désert africain où ses ancêtres ont grandi, grise le plus souvent avec  une croix de poils noirs sur le dos. Elle change suivant les régions ou les pays.

Il existe différentes races d’ânes en France.
 Par exemple :

·         Noir, avec le ventre blanc, c’est le grand noir du Berry.

·         Avec toutes les nuances de gris dans une robe à poils courts, c’est le Cotentin.

·         Le plus lourd de la famille, pèse entre 350 et 450 kilos, avec son allure de clochard c’est le Baudet du Poitou. Depuis des siècles, on accouple cet âne en peluche avec des juments pour donner naissance à des mules. Ces cousines de l’âne sont utilisées pour l’agriculture et le transport en montagne.

 

Comme la vache ou le cheval, l’âne est souvent installé dans un pré. C’est un herbivore capable de brouter jusqu’à 8 kilos de verdure par jour. Parfois, on peut voir au fond de son pré une petite cabane en bois dans laquelle il vient s’abriter quand le soleil est trop chaud ou que le vent souffle trop fort.

 

L’âne aime toutes sortes de gourmandises : les fleurs de chardon, les orties, les mûres et les prunelles qu’il attrape dans une haie. Il croque aussi les fruits du verger car il a de bonnes dents. A son menu, on peut ajouter des carottes, des betteraves, des pommes de terre et de la salade. Mais il ne faut  pas lui donner de pain car cela lui donne des gratouillis.

 

Pour se débarrasser des tiques et des puces, l’âne aime se rouler par terre comme les chiens. Sa drôle de baignoire est toujours à la même place et la poussière vaut alors un bon gant de toilette. Il  faut examiner le pelage de l’âne très souvent. Quand il est vif et lustré, l’animal est en bonne santé. S’il perd des poils ou s’ils sont ternes , il n’est pas en très grande forme.

 

Quand l’âne parle, il brait. Mais il a le braiment sonore, tonitruant, surtout quand le mâle cherche une femelle pour s’accoupler. Le son peut porter  à plusieurs kilomètres. Pour braire, l’âne contracte son ventre pour expulser le son comme une trompette. L’ânesse reconnaît tout de suite la voix de son ânon.

 

Avec des jambes bien musclées, l’âne est doué pour la marche. Chaque jour, il est capable de parcourir des dizaines de kilomètres. Sa petite taille et son sens de l’équilibre lui permettent d’emprunter des sentiers de montagne. Mais une simple flaque d’eau ou un éclat de soleil sur une pierre peuvent l’arrêter, tellement il est émotif.

 

Sans être un champion de course à pied, l’âne mène bon train si c’est nécessaire. Sur le pré, il mesure ses forces avec ses copains, mais toujours sur de courtes distances. L’âne est plus adapté à la marche qu’au galop. En voyage, une carotte ou une bottée d’herbe le fait avancer plus vite.

 

Depuis toujours, l’âne et le compagnon du paysan. Ses jambes robustes le prédisposent à l’endurance. Voilà pourquoi l’homme l’a domestiqué il y a  déjà plus de 3000 ans. Modeste, il travaille du matin au soir sans jamais se plaindre. Capable de porter de lourds bagages, il accompagne aujourd’hui beaucoup de randonneurs.

 

L’âne en culotte rayée ou à carreaux est le roi de l’île de Ré. Aimable et joyeux, affublé de noms rigolos, il fait le bonheur des petits et des grands pendant l’été. Autrefois, cette ******tte le protégeait des mouches et des moustiques quand il travaillait dans les marais.

 

Voilà bien un animal qui aime la compagnie de ses semblables comme des autres animaux. Il partage volontiers son pré avec les vaches, les moutons, les chevaux, qui apprécient sa présence tranquille. Entre ânes, on se frotte, on se mordille, on joue ensemble comme de bons copains.

 

L’âne est l’ami des enfants. Il aime les petites tapes amicales et recherche volontiers la caresse. Il amuse les petits en bougeant ses longues oreilles. Placide, il supporte leur malice. Il peut même les promener dans une petite carriole ou sur son dos.


Category : CONNAITRE LES ANES | Write a comment | Print

Comments

 anesdugrandspiess, le 29-01-2010 à 22:14:53 :

coucou devine qui sait!

je trouve ton blog super!!!!!!!!!!!

| Contact author |