SEVRAGE DE L'ANON VENUS

21/2/2010


Je suis née il y à quelques 7 mois déjà, à l'asinerie du Grand Spiess. Je suis le fruit de l'union de Sam et de Feu follet. Je n'ai plus besoin de me présenter car la moitié de la vallée me connait déjà ! D'ailleurs, à ce propos, j'ai régulièrement des visites et j'ai droit à quelques faveurs de la part de mes visiteurs ! Bien entendu, seulement quand ma petite maîtresse (Laura) n'est pas présente : car elle ne veut pas que je devienne grosse et que j'attrape la fourbure. C'est une maladie qui fait très mal dans les pattes !
Le titre n'évoque pas réellement ce que je vais vous raconter. Cependant je vous précise que je ne suis pas une droguée, ni une alcoolique que l'on doit  guérir d'une quelconque maladie de la dépendance...

Donc pour en revenir au "pourquoi", je vous écris cet article : mon ânier Aimé a décidé de me faire grandir dans ma petite tête ! Eh oui, apparemment je ne suis pas encore assez mature pour me décider à grandir et je suis tout le temps dans les jupes de ma mère... Il en a de bonnes, mon ânier ! J'aimerais le voir, avec à peine 7 mois... Lui, il lui a fallut plus de 8 mois pour marcher, moi j'ai marché dès ma naissance ou presque.
Donc, il a décidé de me séparer de ma mère pendant pour un mois, à ce que j'ai entendu dire. Et il m'a emmené chez Albert, un de ses  amis . D'ailleurs, c'est aussi le mien ! Je vous dirai plus tard pourquoi...
A ce que j'ai compris, il faut séparer l'ânon, c 'est à dire moi, Vénus, de ma mère Feu Follet, d'une part pour que j'arrête de la téter et ensuite pour me permettre de devenir autonome. Enfin, cela me permet d'avoir un meilleur caractère ! Aimé m'a raconté dans le creux de mon oreille, qu'il a connu un ânon qui n'a pas été séparé de sa maman est c'est devenu une ânesse avec un caractère un peu bizarre... Elle bottait dés que quelqu'un l'approchait, même sa propre maitresse : elle était farouche, enfin, il n'était pratiquement pas possible de faire quelque chose avec cette bête !
Donc voilà pourquoi je me retrouve séparée de mes amis :  les ânes du Grand Spiess.
Pour me consoler, j'ai eu droit d'être accompagnée de Rita , ma grand-mère : ce n'est pas une plaisanterie, car ma maman c'est la fille de Rita. Tu vois, ce n'est pas bien compliqué !!!
De temps à autre, Laura, Opaline et Aimé viennent me voir, histoire de vérifier si je tiens le coup !
Albert m'a informé que mon ânier Aimé prend régulièrement des nouvelles de mon état et de celui de Rita. Je le soupçonne d'avoir un peu de remord. Mais il sait que cela est nécessaire, je n'ai pas le choix du reste...
Je n'ai pas à me plaindre d'Albert, de Laurence ni même de leur fils Edouard  : ils sont à nos petits soins !
Après quelque semaines passait chez Albert, je retrouverai mas copines et je ne tèterai plus ma maman. Je serai une ânesse et voilà le travaille. Dans quelques années je travaillerai comme mes copines à l'asinerie.

Quelle joie pour le retrouvailles des deux amies. Ma maitresse me tâte pour constater mes rondeurs, Laura est quand même une bonne ânière, je suis contente quelle s'occupe de moi avec une telle attention.

sevrage1



 

 

Tags : Sevrage
Category : VIE DE L'ASINERIE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |